Share Print

Dépister et prendre en charge le surpoids et l’obésité

Web page - Posted on Feb 02 2012

En 2012, la HAS a réalisé un travail sur le dépistage et la prise en charge du surpoids et de l'obésité. La prise en charge thérapeutique vise un changement durable des habitudes alimentaires, une augmentation soutenue de l'activité physique et une réduction de la sédentarité. Explications du Dr Muriel Dhénain et d’Estelle Lavie, du service des bonnes pratiques professionnelles à la HAS.

Comment dépister un surpoids ou une obésité chez l’enfant, l’adolescent et l’adulte ?

Le diagnostic de surpoids et d’obésité repose sur l’indice de masse corporelle (IMC). Pour l'adulte, l’IMC est calculé en divisant le poids (en kilogrammes) par la taille (en mètre) au carré. Chez l’enfant et l’adolescent, la valeur de l’IMC s’interprète à l’aide des nouvelles courbes de corpulence actualisées en 2010 (ou « courbes IMC ») du Programme national nutrition santé (PNNS)1. La surveillance de la courbe d’IMC peut révéler un risque de survenue ultérieure de surpoids ou d’obésité. Ainsi, une ascension continue de la courbe depuis la naissance, un changement rapide de couloir vers le haut, ou un rebond d’adiposité précoce avant l’âge de 6 ans constituent des signes d’alerte. Chez l’adulte, le surpoids est défini par un IMC supérieur ou égal à 25 kg/m2 et l’obésité par un IMC supérieur ou égal à 30 kg/m2. Pour un IMC compris entre 25 et 35 kg/m2, il est recommandé de mesurer aussi le tour de taille. Un tour de taille élevé, supérieur ou égal à 80 cm chez la femme et à 94 cm chez l’homme, constitue un facteur de risque de diabète et de maladie cardio-vasculaire.

Surpoids et obesite

 

Afficher le schéma en grand format infographie : Pascal Marseaud

À quel âge commencer à rechercher un surpoids chez l’enfant ? 

Un dépistage systématique du surpoids est recommandé de façon précoce. La surveillance de la courbe d’IMC doit commencer dès la naissance afin de repérer au plus tôt les signes d’alerte. Le médecin habituel de l’enfant mesure le poids, la taille et calcule l’IMC de l’enfant au mieux à chaque consultation. Il reporte ces trois données sur les courbes correspondantes dans le carnet de santé. Il est important de dépister tôt et de proposer une prise en charge précoce pour prévenir l’installation d’une obésité et sa persistance à l’âge adulte avec les comorbidités qui peuvent l’accompagner. De 20 à 50 % des enfants obèses le resteront à l’âge adulte (50 à 70 % pour les adolescents).

Chez l’adulte, quel est le risque de laisser évoluer un surpoids ou une obésité ?

L’excès de poids augmente la morbidité (diabète de type 2, maladies cardio-vasculaires, cancer…). La mortalité augmente avec l’IMC, en particulier s’il est supérieur ou égal à 28 kg/m2. En médecine générale, il est donc recommandé de faire un repérage systématique du surpoids et de l’obésité dès la première consultation, puis de façon régulière. Le poids et la taille doivent être inscrits dans le dossier du patient pour calculer l’IMC et en surveiller l’évolution..   

Quelle prise en charge instituer en premier recours pour les jeunes et les adultes ?

Le médecin peut proposer des consultations dédiées au surpoids ou à l’obésité. La prise en charge est menée au long cours car l’obésité est une maladie chronique. Fondée sur les principes de l’éducation thérapeutique du patient, elle comporte un accompagnement psychologique, des conseils diététiques et des recommandations pour augmenter l’activité physique. L’objectif est de pratiquer plus de 60 minutes par jour d’activité physique modérée à intense chez l’enfant et l’adolescent. De leur côté, les adultes sont encouragés à effectuer au moins 2 h 30 par semaine d’activité d’intensité modérée. La HAS a publié des fiches pratiques sur l’alimentation et l’activité physique pour aider le médecin à guider ses patients. Les régimes amaigrissants et les traitements médicamenteux ne sont pas recommandés.

Quel est l’objectif thérapeutique de la prise en charge ?

La perte de poids ne constitue pas un objectif prioritaire chez l’enfant et l’adolescent. Dans leur cas, la prise en charge vise à ralentir la progression de la courbe d’IMC. De même, chez un adulte en surpoids sans comorbidité associée ni tour de taille élevé, l’objectif thérapeutique est de prévenir une prise de poids supplémentaire. En revanche, une perte de poids est recommandée chez l’adulte en cas de surpoids avec comorbidités associées. Chez un adulte obèse, la prise en charge a pour objectif une perte pondérale de 5 à 15 % au rythme de 1 à 2 kg par mois.

1. Courbes disponibles dans la brochure de l’Inpes « Kit IMC – Évaluer et suivre la corpulence des enfants » et dans les outils de la recommandation sur le site de la HAS.