Share Print

Psychiatrie et santé mentale : trois thèmes de travail

Web page - Posted on Apr 10 2014

Les troubles mentaux concernent un nombre important de personnes dans le monde (25 % de la population mondiale sont ou seront concernés selon l’OMS). La France n’est pas épargnée : d’après une enquête de l’Irdes, 14 % des personnes interrogées déclarent souffrir d’une maladie psychique. Or, ces pathologies impactent la vie sociale, professionnelle, ainsi que la santé physique des personnes concernées et de leurs proches. De nombreux rapports et trois plans ministériels ont tenté d’apporter une réponse à ces problèmes de santé publique. Ils sont pour la plupart restés sans effet. « Le ministère de la Santé, l’assurance maladie et les professionnels de santé sollicitent régulièrement la Haute Autorité sur le sujet. C’est pourquoi la HAS a élaboré un programme concernant plusieurs problématiques liées à la psychiatrie et à la santé mentale en général », explique le Dr Rémy Bataillon, directeur adjoint de la direction de l’amélioration de la qualité et de la sécurité des soins à la HAS.

Parcours de soins et qualité de vie

Ce programme pluriannuel (2013-2016) relatif à la psychiatrie et à la santé mentale aborde trois grands thèmes : la prise en charge des troubles dépressifs ; les parcours des personnes en situation de handicap psychique ; les droits et la sécurité en psychiatrie. Chacun fait l’objet de travaux dans des groupes d’experts composés de professionnels de santé, de représentants des patients et des familles, de représentants des maisons départementales des personnes handicapées (MDPH), etc. À la HAS, ces travaux sont mis en oeuvre dans un programme mobilisant plusieurs services.
« L’objectif est d’améliorer sur le terrain, par des outils et des recommandations de bonne pratique, le parcours de soins et la qualité de vie des personnes présentant des troubles mentaux. Un comité de suivi, présidé par le Dr Yvan Halimi, constitué de représentants des institutions, des organismes professionnels et des associations de patients et de familles, accompagne les réflexions et délivre avis et suggestions », précise Anne Depaigne- Loth, conseillère technique à la direction de l’amélioration de la qualité et de la sécurité des soins de la HAS.

Prévenir la violence

Le programme est organisé selon des travaux séquencés, s’inscrivant sur le long terme. Aujourd’hui, trois chantiers sont en cours.
Le premier porte sur la prévention et la prise en charge de la violence lors des hospitalisations en services de psychiatrie. La parution d’un guide destiné aux professionnels est prévue pour 2015.
Le deuxième se rapporte à la prise en charge de la dépression, en s’intéressant notamment à la mise en place d’une meilleure articulation entre le médecin généraliste et le psychiatre.
Enfin, le troisième concerne la rédaction du certificat médical pour les MDPH, un document obligatoire pour pouvoir bénéficier des dispositifs d’aide et de compensation du handicap psychique.
« C’est un travail qui ouvre de nombreuses perspectives. On espère avec nos partenaires professionnels et usagers qu’il contribuera à faire évoluer les organisations et les pratiques dans le champ de la santé mentale pour mieux répondre aux besoins des patients et des professionnels de santé », conclut Anne Depaigne-Loth.


Article rédigé par l'agence Citizen Press