Share Print

Le guide : Outils de sécurisation et d’autoévaluation de l’administration des médicaments

Web page - Posted on Dec 06 2011

Quels enjeux ?

 

Ce guide

  • vient en appui du dispositif de sécurisation de la prise en charge médicamenteuse promu par la HAS à travers la démarche de certification des établissements de santé ;
  • contribue à la mise en œuvre de l’arrêté du 6 avril 2011 relatif au management de la qualité de la prise en charge médicamenteuse et aux médicaments dans les établissements de santé ;
  • participe à la politique globale d’amélioration continue de la qualité et de la sécurité des soins et à la gestion des risques associés aux soins dans un établissement de santé ;
  • vise à prévenir la survenue des erreurs médicamenteuses lors de l’administration des médicaments qui est une des étapes - avec la prescription - les plus à risque ;
  • contribue également à l’amélioration des pratiques professionnelles ;
  • répond à un enjeu sociétal et de santé publique fort, notamment pour redonner confiance aux patients dans la place du médicament dans les stratégies thérapeutiques.

 

Pourquoi  ce guide ?

 

  • Pour garantir que le Bon médicament est administré à la Bonne dose, selon la Bonne voie, au Bon moment et au Bon patient (règle des 5B).
  • Pour sécuriser la dernière étape – l’administration des médicaments – afin de mettre en œuvre une barrière ultime de sécurité.

 

Qui est concerné par ce guide ?


Tous les professionnels exerçant en établissement de santé (prescripteur, infirmier(e), aide-soignant(e), pharmacien, administratif, coordonnateur des risques…), mais également le patient et son entourage impliqués dans la prise en charge médicamenteuse.

 

Que propose ce guide ?


- Un fil conducteur pédagogique qui s’appuie sur la règle des 5 B.
- Des fiches repères qui permettent aux établissements de prendre connaissance des préconisations possibles, avec des points clés et des outils qui orientent les priorités d’action, des illustrations, quelques données épidémiologiques.
- Une fiche sur les points critiques de l’administration :

  • la qualité de la prescription évitant toute interprétation potentielle ;
  • le stockage dans les unités de soins afin de prévenir les erreurs de sélection du médicament ;
  • la préparation extemporanée dans des conditions favorables pour sa réalisation ;
  • l’administration proprement dite, afin de prévenir les erreurs de patient et de voie.

- 6 fiches spécifiques à des secteurs (pédiatrie, gériatrie, anesthésie-réanimation), des produits (les médicaments à risque, la chimiothérapie) et à la forme injectable.
- Des outils :

  • qui facilitent la communication et aident à l’information, dont une fiche sur la place et le rôle du patient ;
  • de prévention et de récupération (mémo, check-list, double vérification) ;
  • d’autoévaluation à partir du critère de la V2010 ;
  • et des méthodes d’analyse a posteriori des erreurs, telles que la revue de morbi-mortalité, le Comité de Retour d’Expérience, la revue des erreurs liées aux médicaments et dispositifs associés.

 

Que retenir ?


Le guide ne prétend pas à l’exhaustivité, mais il permet à chaque organisation de puiser dans les préconisations et outils les plus adaptés à ses objectifs.

En bref, 10 éléments clés de sécurisation sont à mettre en avant en se fondant sur les recommandations de l’American Hospital Association, Health Research and Educational Trust, ISMP, Pathways for medication safety, 2002 :

1. l’information sur le patient ;
2. l’information sur les médicaments ;
3. la communication entre les professionnels ;
4. l’identification des médicaments ;
5. la standardisation, le stockage et la distribution des médicaments ;
6. le matériel adapté pour l’administration des médicaments ;
7. les conditions de travail ;
8. la formation et la compétence de l’équipe ;
9. l’éducation des patients ;
10. la gestion de la qualité et des risques.

Les perspectives


Le guide sera disponible au moment des Rencontres HAS : espace Professionnels de santé>Sécurité du patient.

L’espace dédié sur le site sera enrichi par une FAQ, des retours d’expérience et des cas concrets d’analyse d’erreurs médicamenteuses.

 

Quelques principes du guide

  • Il constitue un outil d’aide non opposable
  • Il doit devenir un outil de communication partagé entre les différents acteurs au sein des établissements de santé.
  • Le patient et son entourage sont à considérer comme des partenaires.
  • Le sujet des erreurs médicamenteuses ne doit pas rester un sujet tabou dans les unités de soins et les établissements de santé.
 
À la une – Certification & Actualités – n°3 – Octobre-décembre 2011