Share Print

Prévention vasculaire

Web page - Posted on Dec 06 2011

[toc/]

Recommandations de la HAS

Ces recommandations s’applique aux accidents ischémiques transitoires (AIT) dès que le diagnostic est établi et aux infarctus cérébraux après la phase aiguë, dont la durée varie en fonction de la sévérité et de la taille de l’infarctus. La prévention dite vasculaire comprend une prévention globale et un traitement spécifique en fonction de l’étiologie de l’infarctus cérébral ou de l’AIT.

Les recommandations sur la prévention globale détaillent les mesures à instaurer dans le cadre du contrôle des facteurs de risque, notamment : la pression artérielle, la dyslipidémie, le diabète, le tabac, l’alcool et l’obésité.

Les recommandations sur le traitement spécifique précisent la prise en charge à envisager : médicale (anticoagulant ou antiagrégant plaquettaire), endovasculaire ou chirurgicale, selon la cause de l’infarctus cérébral ou de l’accident ischémique transitoire. Les causes principales, lorsqu’elles sont identifiées, sont les infarctus cérébraux ou AIT associés à une cardiopathie ou à une athérosclérose. Le traitement de la cardiopathie responsable de l’infarctus cérébral ou de l’AIT n’est pas repris dans cette recommandation de bonne pratique.

Dr Michel Laurence - Chef du service des bonnes pratiques professionnelles - HAS


Place et rôle du cardiologue dans la prévention cardio-vasculaire : point de vue du Dr Sabouret

La prévalence des pathologies cardiovasculaires est en augmentation. Elles constituent plus que jamais un problème majeur de santé publique, malgré les nombreux progrès réalisés au cours des dernières décennies.
Le rôle du cardiologue est donc fondamental, et ne peut se concevoir que dans le cadre d’une filière de soins, informelle ou officielle, afin d’optimiser les mesures préventives et thérapeutiques des maladies cardiovasculaires.

Dans un système de soins dans lequel le patient doit être la pierre angulaire, le cardiologue joue un rôle fondamental pour réduire le risque cardiovasculaire global, et par là-même les événements cardiovasculaires majeurs dans différentes situations cliniques.

En prévention primaire, où l’action des omnipraticiens est prédominante, le cardiologue a pour rôle d’identifier les patients dont le risque cardiovasculaire est élevé, et de proposer des examens de dépistage des lésions athéromateuses au terme d’une approche personnalisée. Il sensiblise les patients sur les facteurs de risque cardiovasculaire, et introduit des traitements validés si nécessaire. La cardiologue est également un relais pertinent auprès de l’ensemble des professionnels de santé concernant la mise à jour des recommandations et leur argumentaire, permettant ainsi une meilleure adhésion, avec pour corollaire des prescriptions basées sur l’« evidence based-medicine ».

En prévention secondaire de la maladie athérothrombotique établie (syndromes coronariens aigus, accidents vasculaires cérébraux, artériopathie oblitérante des membres inférieurs), le cardiologue joue un rôle clé dans la prescription des traitements validés, dans l’atteinte des objectifs tensionnels, lipidiques et glycémiques, dont l’impact clinique a encore été récemment mis en exergue, et  dans le suivi des patients, notamment coronariens.
Aux différents stades de l’évolution de la maladie athéromateuse, le cardiologue devra s’engager, dans le cadre d’une prise en charge multidisciplinaire du patient, dans l’éducation thérapeutique, dont l’efficacité est clairement démontrée, par une modification des habitus, permettant une correction des facteurs de risque, et une amélioration de l’observance, élément clé d’une réduction des événements cardiovasculaires à long terme.

Dr Pierre Sabouret - Université Pierre et Marie Curie - Institut du Cœur - Groupe Hospitalier Pitié-Salpêtrière 

Déclaration d'intérêts
Consulter la déclaration d'intérêt du Dr Pierre Sabouret

Les propos tenus dans cet article sont sous la responsabilité de leur auteur.

 

See also