Citer cette publication Share Impression

Vaccination contre la coqueluche chez la femme enceinte dans un contexte épidémique à Mayotte

Recommandation vaccinale - Mis en ligne le 15 mai 2018

Dans le contexte d’épidémie de coqueluche à Mayotte et considérant :

  • les risques associés à la coqueluche chez les nourrissons ;
  • les limites dans la mise en œuvre de la stratégie de cocooning seule ;
  • les preuves d'efficacité et de tolérance de la vaccination maternelle contre la coqueluche pendant la grossesse ;
  • l’absence de contre-indication à la vaccination des femmes enceintes pour les vaccins coquelucheux disponibles en France ;
  • les recommandations internationales, notamment dans des pays comparables à la France ;

 

La HAS recommande la vaccination des femmes enceintes contre la coqueluche à Mayotte par un vaccin dTcaP (Boostrixtetra® ou Repevax®).

Cette vaccination sera réalisée à partir du deuxième trimestre de la grossesse (à partir de la 18ème semaine d’aménorrhée) et idéalement avant la 39ème semaine d’aménorrhée.

Cependant si la vaccination n’a pas pu être réalisée avant la fin de cette période, elle peut l’être jusqu’à la date de l’accouchement.

Elle sera répétée à chaque grossesse tant que la situation épidémique perdurera.

Dans tous les cas, un délai minimal de 1 mois devra être respecté par rapport au dernier vaccin dTP.

La HAS souligne que la vaccination des femmes enceintes contre la coqueluche ne modifie pas le calendrier des vaccinations chez les nourrissons.

La HAS recommande également la mise en place d’un dispositif de pharmacovigilance renforcé.

Les recommandations de vaccination contre la coqueluche chez la femme enceinte hors contexte épidémique seront produites ultérieurement.


Voir aussi