Share Impression

Toxoplasmose et rubéole : la HAS précise les conditions d’un dépistage efficace

Communiqué de presse - Mis en ligne le 16 déc. 2009
16 décembre 2009

La Haute Autorité de Santé (HAS), saisie par la Direction Générale de la Santé (DGS), rend public son rapport sur la surveillance sérologique et la prévention de la toxoplasmose et de la rubéole durant la grossesse. Elle insiste sur l’importance de l’information à fournir aux femmes enceintes aux différents temps de la séquence de dépistage. De plus, elle recommande l’organisation d’une prise en charge structurée en cas de séroconversion en cours de grossesse. -

Quatre pathologies infectieuses – la toxoplasmose, la rubéole, la syphilis et l’hépatite B ainsi que l’allo-immunisation materno-fœtale anti-D – font l’objet de programmes de dépistage prénatal obligatoire en France depuis la fin des années 1970. L’intérêt du dépistage sérologique obligatoire de la syphilis au cours de la grossesse a déjà été réévalué par la HAS en juillet 2007. Concernant la rubéole et la toxoplasmose, la HAS – dans l’état actuel des connaissances – ne recommande pas de modifications majeures du schéma de surveillance. Pour autant, elle insiste sur plusieurs éléments extrêmement importants :

DEPISTAGE PRECONCEPTIONNEL ET INFORMATION

  • La HAS recommande la détermination du statut immunitaire vis-à-vis de la toxoplasmose et de la rubéole avant la grossesse étant donné les difficultés d’interprétation des sérologies rencontrées durant la grossesse. La consultation préconceptionnelle en serait le cadre opportun.
  • La HAS insiste sur l’importance de fournir aux femmes enceintes une information pertinente, adaptée à leur situation personnelle (notamment le terme de leur grossesse) et utile pour éclairer leur choix.

TOXOPLASMOSE

  • La HAS rappelle l’importance des mesures de prévention primaire de la toxoplasmose, actuellement insuffisamment diffusées et expliquées aux femmes enceintes ou ayant un projet parental et renvoie aux recommandations formulées par l’Agence française de sécurité sanitaire des aliments (AFSSA) en 2005.
  • En cas de séroconversion, la femme doit être orientée rapidement vers un centre clinique présentant une expertise reconnue dans le domaine de la toxoplasmose congénitale. De plus, pour lever les doutes autour de l’efficacité du traitement prénatal de la toxoplasmose, la HAS demande la réalisation d’un essai randomisé.

RUBEOLE

  • La HAS recommande que soit proposée, chez les femmes enceintes séronégatives, une nouvelle sérologie rubéolique à 20 semaines d’aménorrhée, à la recherche d’une éventuelle séroconversion.
  • En cas de séroconversion, la HAS recommande l’orientation vers un centre clinique, présentant une expertise reconnue dans le domaine de la rubéole congénitale.
  • De plus, elle recommande la vaccination pour les femmes non immunes juste après l’accouchement et si possible avant la sortie de la maternité.

Concernant l’hépatite B, faute de données suffisantes, la HAS n’a pu se prononcer sur l’opportunité de modifier le calendrier du dépistage chez les femmes enceintes et maintient pour l’heure la recherche de l’antigène HBs au cours du 6e mois de grossesse, dans l’attente des résultats de l’enquête ELFE* prévus pour 2011. Par ailleurs, la HAS mène d’autres travaux concernant la grossesse : sur la consultation pré-conceptionnelle d’une part, sur l’orientation des femmes enceintes vers les maternités en fonction des risques identifiés d’autre part. Ces travaux devraient être publiés d’ici le premier trimestre 2010.

* Enquête ELFE : Etude Longitudinale Française depuis l’Enfance.

Nous contacter

Service de presse HAS
  • Florence Gaudin - Chef de service
    Gilles Djéyaramane - Attaché de presse
    Marina Malikité - Attachée de presse
    Julia Vollerin - Attachée de presse
  • Tél : 01.55.93.73.17 / 73.18 / 73.52 (n° réservés aux journalistes)
  • contact.presse@has-sante.fr

    Contacter l'accueil de la HAS : 01 55 93 70 00

     
  • Nous contacter

Voir aussi