Share Impression

Fin du confinement : 5 propositions pour redonner leur place aux usagers

Actualité presse - Mis en ligne le 07 mai 2020
7 mai 2020

Pour intégrer le point de vue des usagers dans la sortie de confinement, le Conseil pour l’engagement des usagers (CEU), instance consultative de la HAS, formule cinq recommandations au Collège de la HAS et plus globalement aux instances de santé.  

L’épidémie de COVID-19 et les mesures mises en œuvre pour en limiter la propagation ont un impact important sur les structures du secteur sanitaire, social et médico-social et leurs acteurs. A la demande de la présidente de la HAS, les membres du Conseil pour l’engagement des usagers (CEU, composé de représentants d’associations, d'usagers, de professionnels, d'universitaires) ont émis un avis dans lequel ils analysent la situation et formulent cinq recommandations  . Leur constat : un décalage face aux conséquences de l’épidémie dans les secteurs social et médico-social tant pour les personnes concernées que les équipes professionnelles, une mise de côté des dispositifs relatifs à la démocratie en santé, une communication écrite et audiovisuelle non adaptée pour les personnes fragiles générant parfois incertitude et peur et enfin l’exclusion de certains publics de prises en charge adaptées.

Réactiver les mécanismes de démocratie en santé

Eclipsée durant la période d'urgence, la démocratie en santé doit être restaurée par la relance de ses mécanismes et instances dont la majorité n’a pas été consultée depuis la survenue de l’épidémie. Aux yeux du CEU, comme pour d'autres acteurs (Conférence nationale de santé, Société française de santé publique, France Assos Santé), il est impératif de réactiver ces instances. Pour mettre en œuvre cette première recommandation, il appelle au recours aux outils numériques, en veillant aux inégalités qu’ils peuvent entrainer.

Informer et adapter les messages aux populations éloignées des circuits classiques d’information

La deuxième recommandation du CEU porte sur l’importance de justifier et d’avoir une approche pédagogique en direction de ces populations afin que le cadre et les contraintes d’un déconfinement soient compris et acceptés. Il est primordial que les modalités de déconfinement prennent en compte notamment le respect des libertés individuelles, l’importance des relations sociales, les particularités de certaines situations comme l’impossibilité pour certaines personnes de porter un masque.

La troisième recommandation précise les conditions d’une communication réussie. Construite en s’appuyant sur une approche raisonnée des faits et connaissances, la communication publique (communication radio-télévisée, conférence de presse, interview) peut être améliorée sur certains points. Le CEU prend pour exemple la construction de messages ciblés vers les populations les plus vulnérables (utilisation du langage « Facile à lire et à comprendre ») et espère que les médias apporteront au public une information pédagogique, scientifique, vérifiée et évitant d’être anxiogène.

Accompagner les populations éprouvées par l’épidémie

La quatrième recommandation insiste sur l’importance de réactiver les parcours de santé des patients dont la coordination n’a pas été optimale durant la période de confinement pour que la période de déconfinement ne se solde pas par une perte de chance pour les patients. Le CEU alerte les autorités sur une série de situations potentiellement problématiques : retour à domicile des patients ayant séjourné dans un établissement de santé (importance de la lettre de sortie) ; situation de patients ayant contracté le COVID-19 ; situation des personnes dont la prise en charge hospitalière a été suspendue au cœur de la crise… Le CEU passe par ailleurs en revue différents outils devant faciliter cette coordination : outils d’aide et d’accompagnement élaborés par les associations d’usagers, téléconsultation, dispositifs électroniques d’aide au repérage de situation d’urgence…

Enfin, dans sa cinquième recommandation, le CEU rappelle l’importance qu’il convient d’accorder aux rituels sociaux reconnaissant les souffrances engendrées par l’épidémie et ses nombreux décès. Ils permettent aux personnes, aux familles, aux professionnels et à la société d’entrer en résilience afin de surmonter les traumatismes du deuil.

Nous contacter

Service presse
  • Florence Gaudin - Chef de service
    Gilles Djéyaramane - Attaché de presse
    Marina Malikité - Attachée de presse
    Julia Vollerin - Attachée de presse
  • Tél : +33 1.55.93.73.17 / 73.52 / 73.18 (n°réservé aux journalistes)
  •  
  • Nous contacter

Voir aussi