Share Print

COVID-19 : Limiter les séquelles des patients hospitalisés en réanimation

Actualité presse - Posted on May 09 2020
May 9, 2020

Après avoir publié une Réponse rapide sur la rééducation/réadaptation des patients atteints de COVID-19 sortis de réanimation, la HAS publie une fiche sur la prise en charge des malades en réanimation, en unités de soins continus et en post réanimation. L’objectif est de prévenir et de limiter pour le patient les complications liées à la fois à la maladie elle-même et à la lourdeur de l’hospitalisation. Cette Réponse rapide a été élaborée en collaboration avec le Conseil national professionnel de médecine physique et de réadaptation, la Société française de médecine physique et de réadaptation, la Société française de réanimation de langue française et la Société de pneumologie de langue française.

Les malades atteints des formes les plus sévères du COVID-19 sont hospitalisés en réanimation afin de maintenir leurs fonctions vitales, notamment la respiration, et de passer ainsi ce cap aigu. Mais « préparer l’après » est particulièrement important pour ces patients qui risquent de présenter de nombreuses séquelles, notamment respiratoires, cardiovasculaires, musculo-squelettiques, neurologiques et cognitives. A ce stade, tout l’enjeu est donc de prévenir et de limiter ces conséquences fonctionnelles pour aider les patients à se rétablir au mieux une fois sortis de réanimation. C’est l’objet de la Réponse rapide   publiée aujourd’hui par la HAS.  

Une prise en charge adaptée qui doit débuter le plus tôt possible

Au-delà des traitements entrepris en réanimation, il est crucial de prendre en charge ces patients le plus tôt possible au moyen d’une rééducation/réadaptation. Celle-ci est réalisée en collaboration avec les médecins réanimateurs. La HAS précise que cette prise en charge est adaptée au bilan initial qui évalue les défaillances et les déficiences du patient. Sont pris en compte son état clinique, son état de de conscience et de vigilance, la sévérité de l’insuffisance respiratoire, le mode ventilatoire et l’importance des techniques de suppléance vitales. 

La HAS détaille les interventions possibles. La rééducation respiratoire permet par exemple d’améliorer la qualité de la ventilation et facilite le sevrage respiratoire, c’est-à-dire la capacité du patient à réapprendre à respirer seul une fois qu’il sera extubé.

Des interventions selon l’état de conscience du patient

La HAS décrit les séances de rééducation/réadaptation en fonction de l’état de conscience du patient. Chez les patients sédatés ou inconscients, les mobilisations passives et les postures des membres visent à limiter les pertes d'amplitudes articulaires et les complications cutanées. Les patients conscients (ventilés ou non), eux, doivent bénéficier d’interventions de rééducation/réadaptation qui comportent des exercices musculaires actifs, des exercices de reconditionnement cardiorespiratoire à l'effort, des changements de posture en se mettant assis ou à la verticale et la préparation de la reprise des activités fonctionnelles. 

Enfin, dans le souci de protéger les soignants et les patients atteints par le COVID-19, la HAS rappelle la nécessité d’appliquer strictement les mesures de protections d’hygiène adaptées aux types de soins et aux protocoles en vigueur dans le service où le patient est hospitalisé.

 

Contact Us

Service presse
  • Florence Gaudin Head of service
    Gilles Djéyaramane Press officer
    Marina Malikité Press officer
    Julia Vollerin Press officer
  • Phone : +33 1.55.93.73.17 / 73.52 / 73.18 (n°réservé aux journalistes)
  •  
  • Contact Us

See also