Share Impression

COVID-19 : la HAS appelle à reprendre d’urgence les vaccinations, en priorité chez les nourrissons et les personnes fragiles

Communiqué de presse - Mis en ligne le 16 juin 2020
16 juin 2020

L’épidémie de COVID-19 a eu un impact considérable sur la vaccination avec une diminution importante du nombre de personnes vaccinées. Aussi, la Haute Autorité de santé rappelle-t-elle l’importance de la vaccination dans la prévention du risque infectieux, en priorité chez les nourrissons et certaines populations fragiles. Elle encourage les professionnels de santé à saisir toute occasion de contact avec leurs patients pour vérifier et mettre à jour leur vaccination.

Les données publiées régulièrement par l’ANSM et la CNAM dans le cadre de l’étude EPI-PHARE montrent une baisse conséquente du nombre des délivrances de vaccins remboursés en pharmacie. Cette étude évalue en particulier à 44 000 le nombre de nourrissons âgés de 3 à 18 mois qui n’ont pas reçu de vaccin contre la diphtérie, le tétanos, la poliomyélite, la coqueluche, les méningites à Haemophilus influenzae de type b et l’hépatite B.
Dès le 1e avril, la HAS avait recommandé de maintenir l’ensemble des vaccinations obligatoires des nourrissons (à 2, 4, 5, 11, 12 et 16-18 mois) dans le contexte de l’épidémie de COVID-19 et des mesures de confinement, en estimant que celles recommandées au-delà de l’âge de 2 ans pouvaient être différées. Pour la HAS, il faut maintenant, sans attendre, reprendre l’ensemble des vaccinations et rassurer la population : les consultations sont organisées dans le respect des mesures barrières afin de protéger les patients et les professionnels de santé et d’éviter la transmission du virus SARS-CoV-2.

 

Rattraper d’urgence les vaccinations

Dès aujourd’hui, la HAS invite les personnes qui ont dû reporter leurs vaccinations ou celles de leurs enfants et nourrissons, à consulter leur médecin traitant ou leur pédiatre rapidement. En parallèle, elle invite les professionnels de santé à vérifier systématiquement les vaccinations de leurs patients afin de déclencher un rattrapage si nécessaire. La HAS attire l’attention sur les populations fragiles pour lesquelles des recommandations particulières figurent au calendrier vaccinal[1] (personnes avec maladies chroniques, immunodéprimées, personnes âgées, femmes enceintes…).
La HAS recommande de reprendre les vaccinations sans délai et rappelle les éléments de sa recommandation de décembre 2019 sur les modalités de mise en œuvre du rattrapage vaccinal :

  • l’allongement du délai entre deux injections ne nuit pas à la qualité de la réponse immunitaire,
  • il n’est pas nécessaire de reprendre dès le début un schéma vaccinal interrompu,
  • toutes les doses déjà administrées doivent être prises en compte et ainsi seules les doses manquantes et le premier rappel doivent être administrés,
  • l’utilisation de vaccins combinés est à privilégier et il est possible de réaliser jusqu’à quatre injections au cours d’une même séance.

 

Adapter les modalités de rattrapage en cas de suspicion de Covid-19

Hors contexte de COVID-19, la règle est de ne pas reporter la vaccination d’une personne qui présente une infection mineure et/ou une fièvre de faible intensité, et de la décaler de quelques jours pour une personne qui a une infection aiguë modérée à sévère.
Dans le contexte de l’épidémie actuelle, face à un patient qui présente des signes cliniques de COVID-19, un test de diagnostic par RT-PCR doit être prescrit et son résultat guider la décision de vacciner ou de reporter :

  • en cas de résultat négatif, le rattrapage vaccinal pourra débuter immédiatement,
  • en cas de résultat positif, la reprise de la vaccination pourra débuter dès la guérison, lorsque la personne sera redevenue asymptomatique, c’est-à-dire à partir du 8ème jour après le début des symptômes et au moins 48h après disparition de la fièvre et d’une éventuelle gêne respiratoire.

En l’état actuel des connaissances, la HAS n’est pas en mesure de proposer des recommandations vaccinales pour les personnes atteintes d’une forme sévère de COVID-19 et qui présentent toujours des manifestations cliniques (en dehors d’une fatigue) ou biologiques de la maladie.
Pour les personnes contacts, la HAS préconise une mise en place du rattrapage vaccinal dès la fin de la durée de la quatorzaine si aucun symptôme n’est apparu.

 

 

 

[1] En référence aux populations spécifiques telles que définies dans le calendrier des vaccinations 2020 (chapitre 2.18, p 51) https://solidarites-sante.gouv.fr/IMG/pdf/calendrier_vaccinations_2020-2.pdf

 

Nous contacter

Service presse
  • Florence Gaudin - Chef de service
    Gilles Djéyaramane - Attaché de presse
    Marina Malikité - Attachée de presse
    Julia Vollerin - Attachée de presse
  • Tél : +33 1.55.93.73.17 / 73.52 / 73.18 (n°réservé aux journalistes)
  •  
  • Nous contacter