Share Print

Activité physique : comment faciliter sa prescription au quotidien ?

Press release - Posted on Sep 06 2022
September 6, 2022

Elle limite le risque de récidive de certains cancers du sein, diminue par deux le risque de passage d’un état prédiabétique à un diabète, etc. : l’activité physique doit définitivement être considérée comme un traitement à part entière et être prescrite à ce titre. De nombreuses étapes ont été franchies, avec celle importante, le 2 mars dernier, de l’adoption d’une loi visant à favoriser le développement du Sport santé. Cette loi, entre autres, ouvre la prescription d’Activité Physique Adaptée (APA) à l’ensemble des médecins et en élargit le champ d’application. Afin de contribuer à son essor comme thérapeutique non médicamenteuse, la Haute Autorité de Santé publie un nouveau guide de prescription et de consultation et des fiches d’aide à la prescription de l’activité physique déclinées par pathologie.

L’activité physique représente, à chaque période de la vie, un atout santé dont les bénéfices sont nombreux et largement établis. Dans les maladies chroniques, maladies cardiovasculaires et respiratoires, diabètes, obésité, arthroses, etc., l’activité physique est une thérapeutique à part entière – seule ou en association avec d’autres traitements médicamenteux ou non médicamenteux. Elle doit être adaptée pour tenir compte de l’état de santé physiologique et psychologique du patient, et encadrée par un professionnel spécifiquement formé. Plus largement, les bénéfices de l’activité physique sur l’état de santé, la condition physique, le maintien de l’autonomie chez les personnes âgées ainsi que sur la qualité de vie des populations à tous les âges de la vie sont avérés.

C’est forte de ces preuves que la HAS s’est engagée depuis de nombreuses années pour accompagner les professionnels de santé dans la prescription de ce qui constitue un traitement à part entière. En 2011, elle élaborait un rapport sur le développement de la prescription de thérapeutiques non médicamenteuses validées, en incluant, déjà, l’activité physique. En 2018 et 2019, elle publiait un premier guide de promotion, consultation et prescription médicale d’activité physique et sportive pour la santé chez l’adulte, ainsi qu’une série de référentiels d’aide à la prescription d’activité physique pour 10 pathologies et états de santé. La création de maisons Sport-santé, 500 à terme, sur l’ensemble du territoire devrait permettre de structurer le parcours de santé autour de la prescription d’activité physique. Et plus récemment, l’adoption de la loi du 2 mars 2022 visant à démocratiser le sport en France constitue une nouvelle avancée pour le développement de l’activité physique comme thérapeutique à part entière.

Une palette d’outils pour accompagner les médecins et mieux informer les usagers

Si le contexte est favorable à la diffusion des connaissances sur le sujet, des freins à son déploiement effectif persistent. En effet, beaucoup de patients éprouvent une certaine appréhension à pratiquer une activité physique alors qu’ils sont malades ou âgés, tandis que les médecins sont encore peu nombreux à la prescrire. Pourtant, le rôle du médecin est essentiel pour sensibiliser les personnes les plus éloignées de l’activité physique (personnes atteintes d’une affection de longue durée, personnes souffrant d’une maladie chronique, personnes âgées fragiles, personnes en situation de handicap) et les accompagner vers un mode de vie physiquement plus actif, moins sédentaire, en sécurité, si possible en toute autonomie, et tout au long de la vie.

Pour les convaincre et les aider dans leur mission, la HAS crée les conditions favorables à la prescription d’activité physique en proposant un guide sur la consultation et sur les modalités de prescription selon l’état de santé du patient, sa condition physique et sa motivation à modifier ses habitudes. Pour ce faire, la HAS a poursuivi ses travaux et met à disposition des médecins une palette d’outils :

  • Un nouveau guide de consultation et de prescription médicale d’activité physique chez l’adulte qui aborde toutes les étapes du repérage du patient inactif à risque pour l’activité physique, à la prescription (activité physique ordinaire, programmes d’APA…), la dispensation et le suivi de l’activité physique. Il inclut les personnes en situation de handicap.
  • Une fiche de synthèse de l’activité physique adaptée qui reprend les données du guide concernant les modalités de prescription, de renouvellement et d’arrêt d’un programme d’activité physique adaptée.
  • Un guide des connaissances sur l’activité physique et la sédentarité, recueil des savoirs sur le sujet pour le médecin et les autres professionnels.
  • 5 nouvelles fiches, référentiels d’aide à la prescription pour l’artériopathie oblitérante des membres inférieurs, l’asthme, le diabète de type 1, la maladie de Parkinson et les troubles schizophréniques ainsi qu’une mise à jour pour le syndrome coronarien chronique.
  • Des fiches de synthèse reprenant les points essentiels des 6 nouvelles fiches et des 10 référentiels déjà publiés (surpoids et obésité, diabète de type 2, bronchopneumopathie chronique obstructive, hypertension artérielle, accidents vasculaires cérébraux, cancers du sein, colorectal et de la prostate, insuffisance cardiaque chronique, dépression, grossesse et post-partum, personnes âgées).

Très prochainement, des fiches d’information à destination des patients sur les bénéfices de l’activité physique selon leurs pathologies et états de santé seront publiées.

Un engagement que la HAS entend poursuivre

Cette mobilisation en faveur des bienfaits de l’activité physique se poursuivra à travers la publication prochaine d’un guide de consultation et de prescription médicale d’activité physique à des fins de santé chez l’enfant, ainsi que de nouvelles fiches dédiées à d’autres pathologies : les arthrites inflammatoires, les lombalgies, la fibromyalgie, la sclérose en plaques ainsi que le surpoids et l’obésité chez l’enfant.

« En mettant à disposition des médecins, des masseurs-kinésithérapeutes et des enseignants d’activité physique adaptée l’ensemble de ces outils complets, argumentés, sourcés, la HAS poursuit sa contribution à la lutte contre l’inactivité physique et la sédentarité, priorité de santé publique. Favoriser l’activité physique et la faire passer au rang de réflexe passe aussi par une prescription médicale plus large, pour inciter tous les Français à adopter un mode de vie moins sédentaire et à bouger, tout au long de leur vie », conclut le Pr Dominique Le Guludec, présidente du Collège de la HAS.

Contact Us

Service Presse
  • Florence Gaudin Head of service
    Marina Malikité Press officer
    Stéphanie Lecomte Press officer
    Mohamed Bouhadda Press officer
    Quentin Nogues
  • contact.presse[at]has-sante.fr

    Ces n° sont réservés aux journalistes, nous ne sommes pas habilités à répondre aux autres demandes.

     
  • Contact Us

See also